Les voitures autonomes suscitent une vive inquiétude

Selon une étude réalisée par l’Université du Michigan, berceau de l’automobile aux États-Unis, presque personne n’est prêt à abandonner le volant, la pédale de frein et l’accélérateur dans sa voiture.Cogitem formation informatique

Google, Uber et Tesla peuvent être étourdis par la perspective de voitures à conduite autonomes circulant sur les routes américaines. Mais les consommateurs sont encore loin d’être convaincus par la sécurité de cette technologie et le fait d’en avoir réellement besoin. Seulement 10% des personnes interrogées par l’Université du Michigan ont indiqué qu’ils n’auraient aucun problème à utiliser des voitures entièrement autonomes tandis que les deux tiers ont assuré qu’ils seraient modérément ou très préoccupés à ce sujet. Le niveau de confiance remonte un peu pour les voitures partiellement autonomes. Dans ce cas, 16% n’aurait aucun souci et 50% serait modérément ou très préoccupés.

AdTech AdCette étude montre que, bien que la couverture des voitures autonomes et de la technologie sous-jacente ait considérablement augmenté dans les médias, les consommateurs ne savent toujours pas s’ils seront en sécurité dans ces véhicules. Un point souligné par une autre constatation: Seulement 6% des répondants seraient à l’aise avec des voitures autonome sans volant, sans accélérateur ou pédale de frein. Les autres personnes interrogées veulent des commandes manuelles pour utiliser ces voitures.

Ces préoccupations sont-elles rationnelles ?

Les voitures autonomes de Google ont parcouru plus de 2,4 millions de kilomètres avec un bilan sécurité presque sans faille, et de nombreux constructeurs automobiles testent également leurs voitures sur les routes publiques sans accidents majeurs.

Brandon Schoettle, chef de projet du programme de transport durable à l’Université du Michigan et auteur principal de l’étude, a déclaré qu’il n’est pas très logique que les utilisateurs soient plus méfiants à l’égard des véhicules totalement autonomes que de modèles semi-autonomes. « Nous pensons qu’il y a des problèmes de sécurité liés au passage du mode semi-conduite vers le conducteur humain, de sorte que l’appréhension des gens pour les véhicules entièrement auto-conduite est un peu déplacé à notre avis, » a-t-il déclaré dans un courriel.

Des changements d’habitude à venir

D’autres experts se sont également demandés si les conducteurs peuvent reprendre en toute sécurité le contrôle d’une voiture semi-autonome en cas d’urgence, en citant les difficultés qu’auront certains conducteurs à maitriser leur véhicule s’ils n’ont plus l’habitude de conduire. Brandon Schoettle note qu’il s’attend à des changements d’attitude chez les consommateurs qui auront été initiés à la technologie. « Nous nous attendons à ce que l’apport de ces technologies amène un confort accru et réduise les tensions dans ces véhicules », a-t-il dit.

Et pour indiquer leur destination à leur véhicule, 38% indiquent qu’ils aimeraient un écran tactile, 34% veulent utiliser des commandes vocales, 12% préféreraient un passer par les boutons du tableau de bord et 8% un terminal mobile. L’enquête a été réalisée en ligne en avril dernier avec 618 répondants, des hommes et des femmes de tous les groupes d’âge aux États-Unis La marge d’erreur est de 3,9%. Les consommateurs sont plus prudents que ravis des voitures autonomes.

Comments are closed.