Les SIRH, alliés de la transformation numérique

Tendance Les SIRH ou Systèmes d’information de ressources humaines ne se limitent plus aux solutions de gestion de paie. Outils d’analyse des données, ils favorisent les interactions entre collaborateurs et s’imposent comme des vecteurs de réussite des démarches de transformation.

Plus prédictifs, locaux et globaux, plus agiles, plus transverses et in fine plus communautaires, les systèmes d’information de ressources humaines évoluent.

Plus prédictifs

Les avancées technologiques ont permis l’agrégation et l’analyse des datas, ces fameuses données si précieuses pour l’entreprise. Les systèmes d’information de ressources humaines (SIRH) ont évolué et constituent désormais des outils de gestion de tout type d’informations (financières, RH, mais aussi stratégiques, business, prospectives…). Chez Sanofi, groupe comptant 110.000 collaborateurs dans 100 pays, le nouveau SIRH permettra de gérer tout le processus de recrutement, à l’échelle internationale. « Toutes les informations relatives aux candidats et aux collaborateurs seront agrégées sur une seule et unique plate-forme : contrat de travail, période d’essai, documents traduits puisque les candidats et collaborateurs viennent de nombreux pays, signature électronique… », détaille Emilia Iwicka, responsable Human Capital Management chez everBe, cabinet de conseil qui accompagne Sanofi dans le déploiement de son SIRH nouvelle génération. Cette gestion centralisée et analytique conduira à une meilleure gestion prévisionnelle des emplois et compétences au sein de l’organisation.

Plus « glo-cal »

À l’heure de la globalisation, les entreprises sont en demande de solutions transposables dans tous les pays où elles sont implantées mais néanmoins suffisamment agiles pour s’adapter aux contextes locaux (sociaux, juridiques, fiscaux, etc.). Chez Philips, groupe qui compte plus de 100.000 collaborateurs dans une centaine de pays, le SIRH est une plate-forme unifiée permettant une approche globale, ou locale, selon les sujets. « Pour la gestion des talents, des recrutements ou encore de la performance des employés, notre interface prévoit un traitement global, c’est-à-dire identique quel que soit le pays. Mais pour la gestion de la paie ou encore des absences, notre SIRH s’adapte à l’écosystème local en prenant en compte les spécificités réglementaires de la région », explique Karsten Klein, directeur SIRH de Philips Electronics Nederland B.V.

Plus agiles

S’il peut sembler galvaudé, le terme « agilité » reste malgré tout le graal de toute entreprise. « Si vous voulez atteindre vos ambitions, aujourd’hui cela passe par l’innovation. Et l’innovation, elle, passe par l’agilité », remarque Brendan Donovan, directeur de la transformation et DSI du groupe ING, banque qui a vu son business model ébranlé par la crise financière de 2008 puis par la déferlante des FinTech, et qui a donc opéré une vaste démarche de transformation de toute son organisation. De son avis, indispensable à la transformation, l’agilité n’est plus une option. Il s’agit d’une nouvelle façon de penser et de travailler ainsi que de la mise en place de nouveaux outils et process. « Notre SIRH fait partie des solutions sur lesquelles nous nous appuyons pour pouvoir être disruptif au quotidien », dit-il.

Plus transverses

Dans les organisations particulièrement matures en termes d’acculturation au numérique, les SIRH ne sont plus la chasse gardée des DAF et des DRH. Les DSI ont un rôle capital à jouer dans leur déploiement. Et tous les métiers tendent à se les approprier. En effet, le SIRH 2.0 constitue une réponse opérationnelle pour tous les collaborateurs, pour la gestion de leur carrière mais aussi pour échanger avec leur manager ou avec les membres d’autres équipes. L’outil peut désormais être utilisé comme un réseau social d’entreprise, se révélant plus plébiscité qu’un intranet. « La transformation numérique est un sujet transverse qui doit infuser à tous les niveaux de l’entreprise et faire partie du quotidien de chaque employé. Afin de gérer leur métamorphose, nombre d’organisations s’appuient sur leur SIRH pour que leurs équipes RH et leurs collaborateurs s’emparent du sujet et prennent activement part au changement », observe Diana McKenzie, DSI de Workday, éditeur de solutions cloud Finance et RH qui a pour clients des entreprises de tous les secteurs (Airbus, Avon, BlaBlaCar, Criteo, IBM, Netflix, Nissan, TripAdvisor, Unibail, Visa…).

Plus communautaires

Le SIRH de demain est conçu tel un réseau social : plate-forme unique, en cloud, il permet la mise en réseau, la constitution de groupes, l’échange de données, la diffusion de vidéo où un collaborateur peut partager son expertise façon « tuto » (tutorial). « Ce nouvel usage du SIRH se répand aussi bien en France qu’à l’étranger, aussi bien dans le tertiaire que dans l’industrie ou dans les start-up, pointe Thierry Mathoulin, Directeur de Workday France. Les SIRH ne sont plus des outils compliqués, seulement accessibles depuis PC. Ce sont des applications communautaires, simples, rapides, que les collaborateurs s’approprient véritablement, en en faisant un usage quotidien : une forte adhésion de ces solutions en interne contribue à faciliter la transformation numérique. » Le SIRH du futur permet toujours la gestion des dossiers traditionnels (recrutement, rémunération, congés, entretien d’évaluation, mobilité…) mais également l’analyse des données, la diffusion de modules de formation et tout type d’interactions.

En savoir plus sur http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/technologie/saas/0211581035787-les-sirh-allies-de-la-transformation-numerique-303488.php?iAuswVutiq7tZZFz.99

Leave a Comment