Najat Vallaud-Belkacem veut authentifier les diplômes

À partir de la rentrée 2016, le ministère de l’Éducation nationale va créer un service numérique, permettant aux détenteurs d’un diplôme visé par l’État d’attester de la validité du document. Le but : fluidifier les relations avec les recruteurs et lutter contre la fraude.Cogitem Formation Informatique

En seulement quelques clics, les diplômés français vont désormais pouvoir récupérer une attestation de leur diplôme. Le ministère de l’Éducation nationale vient d’annoncer la création d’un service en ligne, permettant à chaque détenteur d’un diplôme visé par l’État d’accéder à un espace sécurisé et d’obtenir une preuve tangible de leur diplômation.

La forme papier du document continuera, quant à elle, d’exister. « Aujourd’hui, un diplôme d’État dans sa forme ‘papier filigrané’ ne peut être délivré qu’une seule fois à son titulaire, constate le ministère. Par la suite, seule une attestation d’obtention peut être obtenue. Chaque année, ce sont environ 80.000 demandes d’attestations de diplômes qui sont effectuées. » Une tâche jugée chronophage – donc coûteuse – par les établissements.

L’Insa Toulouse, qui a lancé en novembre 2015 un service similaire, agrémenté d’une carte infalsifiable grâce à un procédé technologique, avoue recevoir chaque semaine plusieurs demandes. « Les entreprises, notamment internationales, exigent de notre part une réponse rapide, leur permettant de garantir l’authenticité d’un CV, constate Bertrand Raquet, directeur de l’école d’ingénieurs. Les fonctions support peinent à répondre à toutes les demandes, dans un contexte où la rationalisation des ressources est prônée. »

LES DIPLÔMES DU BAC ET DU BREVET, PREMIERS CONCERNÉS

À partir de la rentrée universitaire 2016-2017, les diplômés commenceront à recevoir leur lien personnalisé : les détenteurs du brevet et du bac cuvée 2016 seront les premiers concernés. Suivront tous ceux qui ont obtenu ces mêmes diplômes au cours des quinze dernières années.

Ensuite, une seconde vague concernera tous les autres diplômes reconnus par l’État mais ne relevant pas directement du ministère de l’Éducation. À terme, ce sont 2,1 millions de personnes qui seront concernées chaque année par l’initiative.

Le site Internet, dont le nom reste à déterminer mais qui pourrait s’appelerdiplomes.gouv.fr, permettra, c’est en tout cas le souhait du ministère, d’assurer aux recruteurs une fiabilité des CV.

Comments are closed.