Michelin lance une gamme de services autour du pneu connecté

Formation informatique
Le groupe Michelin lance une offre de trois services à destination des transporteurs, afin de vérifier l’état d’entretien des pneus de leurs flottes de camions.

 

« Nous entrons dans une nouvelle ère où nous mettons la puissance du digital à disposition des industriels du transport », se réjouissait ce lundi 5 octobre Serge Laffont, directeur au niveau monde de l’offre de Michelin à destination des poids lourds. Le fabricant de pneumatique présentait en effet à Paris une offre de services permettant améliorer l’efficacité de la maintenance sur les pneus des poids lourds. L’offre vise à aider ses clients à adopter une maintenance préventive et non plus curative, et surtout à réduire leurs coûts.

 

Le service est vendu à travers une plateforme internet baptisée « My account » et par la force de vente du groupe. En fonction des prestations choisies, il en coûtera entre un et neuf euros par camion et par an. « Les gains peuvent être jusqu’à quatre fois supérieurs à l’investissement », fait-on valoir chez le pneumaticien.

 

Trois prestations sont proposées. La première est une appli de carnet d’entretien baptisé TireLog. La seconde, baptisée iCheck, assure, via un kit d’outils de mesure, au service de maintenance des transporteurs de mesurer plusieurs paramètres (pression, profondeur des sculptures de la bande de roulement, aspect) et permet de déclencher les opérations de maintenance au bon moment. L’offre la plus évoluée, iManage, concerne un pneu connecté équipé d’une puce RFID.

 

UN « PATCH »  SUR LES PNEUS

Michelin propose aux transporteurs d’équiper les pneus de leurs véhicules (que ce soit des Michelin ou des pneus de la concurrence) d’un « patch » comprenant une puce RFID. « Tous nos pneus seront équipés de série d’ici la fin 2016. Nous avons breveté la technologie d’intégration du patch en préservant l’intégrité du pneu. Ce brevet, nous l’avons ouvert à la concurrence afin de diffuser un nouveau standard du marché », explique Serge Laffont.

 

Un tel dispositif permet de collecter des informations sur l’état du parc et de systématiser les contrôles. La puce permet de remonter des données qui, par contrat, restent la propriété du transporteur, mais qui sont stockées dans le cloud et analysées par Michelin. Le client dispose alors d’une vision de son parc et peut anticiper les opérations de recreusage des bandes de roulement, le rechapage et la permutation.

 

« La bonne pression des pneus est l’assurance de la consommation la plus basse du véhicule et de son bon état général, assure-t-on dans le groupe clermontois. Un tiers des pannes de poids lourds en Europe sont liées aux pneus. Et dans 90 % des cas, il s’agit d’un problème de gonflage. » Des économies sont également à faire sur le rechapage ou le changement : « Les pneus qui arrivent dans nos usines de rechapage ont encore en moyenne 4,8 millimètres de gomme, alors que la réglementation impose le rechapage à un ou deux millimètres selon les pays. Imaginez le nombre de kilomètres perdus !« , indique-t-on au marketing de l’activité poids lourds. Le service, déjà disponible aux Etats-Unis, commence à être commercialisé en Europe, au Brésil et en Russie. « Nous avons pour objectif, d’ici cinq ans, d’avoir un million de véhicules équipés », indique Serge Laffont.

Patrick Déniel

 

http://www.usine-digitale.fr/editorial/michelin-lance-une-gamme-de-services-autour-du-pneu-connecte.N355307

Comments are closed.