L’enjeu de la transformation s’impose aux DAF

Les directeurs administratifs et financiers ont mis le focus sur la transformation de leur fonction et de leur entreprise, mais ont encore du mal avec le digital.cogitem formation informatique

Photo annuelle des principaux objectifs des directeurs financiers et administratifs, l’étude « Priorités des DAF » (1) réalisée par le cabinet d’audit et conseil PwC en partenariat avec la DFCG montre une constance certaine par rapport aux éditions précédentes . Ainsi, la « gestion prévisionnelle » s’affiche en tête depuis 4 ans. « Le sujet du budget reste central. Même si les entreprises ne sont pas satisfaites de leur process en la matière, c’est un rendez-vous incontournable qui devrait permettre de faire le point sur sa stratégie, ses objectifs ou ses dépenses », estime Ludovic de Beauvoir, associé PwC en charge du consulting. Viennent ensuite la « performance et la maîtrise des risques » puis la « trésorerie et le financement », qui connaît même un rebond d’intérêt.

Mais aux côtés de ces priorités traditionnelles, un nouveau sujet est clairement monté en puissance au cours des trois dernières années : celui de la transformation. Il s’agit tout d’abord d’un enjeu métier. Ainsi, 40 % des directeurs financiers interrogés classent la transformation de la fonction financière parmi leurs trois priorités principales pour 2016 (contre seulement 28 % en 2014) et 74 % des répondants considèrent la « réorganisation des activités/processus » comme le chantier prioritaire au sein de la fonction Finance. « Pour répondre à leur souci croissant de simplification et de réduction des coûts, les DAF ont pris conscience de la nécessité de transformer leur fonction. Mais c’est difficile parce que c’est justement la fonction la plus rigide. Elle est non seulement contrainte par des systèmes et des process très structurés – et notamment les ERP – mais aussi rythmée par les rendez-vous et les arrêtés financiers », indique Ludovic de Beauvoir.

Une ambition paradoxale

En outre, les DAF restent encore prudents – voire méfiants – face au numérique et au Big Data. Ainsi, 63 % des DAF des grandes entreprises – et 51 % des DAF d’ETI – considèrent l’augmentation du volume des données comme une menace. « Seuls les directeurs financiers des PME, qui ont beaucoup moins de données à traiter, sont plus nombreux à percevoir le Big Data comme une opportunité plutôt qu’une menace (respectivement, 36 % et 33 %) », souligne PwC. « Les directeurs financiers ont une approche trop défensive sur le sujet et ne pensent pas assez la gouvernance des données : seuls 21 % des directeurs financiers des grandes entreprises, 16 % en ETI et 13 % en PME y voient une priorité », commente Ludovic de Beauvoir.

Comment, alors, prétendre se placer comme leader de la transformation de toute l’entreprise, comme les DAF le voudraient ? En effet, 71 % des directeurs financiers estiment que leur fonction évoluera vers un rôle d’acteur de la transformation de l’entreprise en 2016, et 62 % voudraient être partie prenante dans la prise de décision au niveau du top management de l’entreprise. « La vision transverse de l’organisation, la compréhension de l’activité et le point de vue financier font du DAF un des leaders naturels de la transformation au sein de l’organisation », juge PwC. Mais pour le moment, la preuve n’est pas faite… Concrètement, la transformation – de la fonction Finance comme de l’entreprise – exige une montée en compétence managériale. « Les DAF doivent donc faire évoluer le comportement et les compétences de leurs équipes pour devenir crédibles comme des acteurs de la transformation de toute l’entreprise. Il leur faut également s’affranchir des ERP, en les contournant : l’approche par les données permet de retrouver une agilité. Mais on se rend compte que les DAF manquent parfois de maturité et sont en retard par rapport aux autres fonctions de l’entreprise sur ce sujet », explique Ludovic de Beauvoir. Plus qu’une priorité, un défi à relever pour 2016.

(1) – Réalisée par PwC en partenariat avec la DFCG, l’étude « Priorités 2016 du Directeur financier » a été réalisée à partir d’une enquête menée du 11 septembre au 19 octobre 2015 sur la base d’un questionnaire diffusé en ligne. 267 directeurs financiers ont répondu en ligne et 8 à des interviews physiques. Le panel était constitué de 34,9 % de PME, 52,1 % d’ETI et 13 % de grandes entreprises.

En savoir plus sur http://business.lesechos.fr/directions-financieres/metier-et-carriere/profils/021538459104-l-enjeu-de-la-transformation-s-impose-aux-daf-205325.php?8YoXFfAdb7J7Mjl4.99

Comments are closed.