Une garantie d’un million de dollars contre les ransomwares

Un éditeur de logiciels de cybersécurité propose de reverser jusqu’à un million de dollars à ses clients qui seraient, malgré ses protections, victimes d’un virus informatique.

Ce n’est pas une incitation à payer les rançonneurs informatiques. Hier, l’éditeur de logiciels de cybersécurité SentinelOne a annoncé proposer à ses clients professionnels une garanti d’un montant maximum d’un million de dollars contre toute menace qui percerait ses défenses. Notamment les ransomwares, ses programmes malveillants qui coupent l’accès aux données stockées dans les ordinateurs touchés et invitent à payer pour les récupérer. La police conseille de ne jamais céder à ce chantage.

SentinelOne compte sur sa technologie de machine learning pour protéger ses clients. En cas de manquement à ses devoirs, l’éditeur dédommagerait les entreprises à hauteur de 1.000 dollars par postes de travail et dans la limite d’un million de dollars. « Avec cette assurance financière, nous devenons vraiment responsables de la sécurité de nos clients, souligne Scott Gainey, le patron du marketing de SentinelOne, jusqu’ici, les entreprises victimes qui voulaient se retourner contre leurs éditeurs d’anti-virus ne pouvaient pas, c’est injuste. » D’après lui, cette garantie est une première au monde.

Ransomware, un mal qui s’aggrave

En France, la gendarmerie explique ne pas pouvoir estimer le coût des préjudices liés aux ransomwares. Beaucoup de victimes ne déposent pas plainte. En revanche, le FBI a recensé 2.400 plaintes relatives à des ransomwares en 2015 aux Etats-Unis, pour un préjudice estimé à 24 millions de dollars . La menace s’aggrave puisque le chiffre de l’agence fédérale américaine pour le seul premier trimestre 2016 grimpe à 209 millions de dollars de préjudice. Souvent, la rançon demandée par les cybercriminel est d’un montant assez faible, pour inciter à payer. D’après Symantec, la somme moyenne est de 679 dollars par ordinateur. Mais les virus se répandent facilement par les spams et peuvent potentiellement bloquer entièrement un réseau informatique, smartphones des collaborateurs compris. Comme attendu , ils s’attaquent désormais aussi aux appareils Apple.

Les ransomwares sont labellisés sous de doux noms comme Locky, Cerber ou encore Cryptolocker. Chacun correspond à un certains fonctionnements que les logiciels de cybersécurité repèrent. Comme ses concurrents, SentinelOne affirme pouvoir repérer tous les ransomwares, même ceux qui n’ont pas encore été étudiés par la communauté des chercheurs spécialisés.
En savoir plus sur http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/technologie/cybersecurite/0211258376450-une-garantie-d-un-million-de-dollars-contre-les-ransomwares-213734.php?OlVDu0fODLfov2W4.99

Comments are closed.