Les espoirs des utilisateurs d’un LinkedIn croqué par Microsoft

Le rachat de LinkedIn par Microsoft pourrait avoir, à plus ou moins long terme, des conséquences sur l’outil de travail de nombreux professionnels, recruteurs ou marketeurs.Cogitem Formation Informatique

LinkedIn, le réseau social pour les professionnels, tombe dans l’escarcelle de Microsoft, l’éditeur de logiciel qui veut « réinventer la productivité » en entreprise. Coût de l’opération : 26,2 milliards de dollars . La plate-forme de CV en ligne se félicite de pouvoir bientôt penser à l’échelle d’un géant du numérique grâce à sa nouvelle maison-mère. Microsoft entend s’appuyer sur le service californien pour accélérer la croissance de ses offres Office 365 (bureautique) et Dynamics (gestion de la relation-client). Voilà pour la stratégie. Au quotidien, les utilisateurs espèrent eux aussi pouvoir bénéficier de cette alliance.

Le point de vue du recruteur

Pour Jacques Froissant, fondateur du cabinet de recrutement Altaide, l’opération capitalistique de Microsoft est une bonne nouvelle. « Microsoft peut rendre LinkedIn encore plus mainstream », anticipe-t-il. Dans son esprit, plus d’utilisateurs du réseau social professionnel signifie plus de possibilité d’y trouver la perle rare que cherche à embaucher ses clients. Déjà, LinkedIn revendique 433 millions d’utilisateurs. Présent dans quasiment toutes les grandes entreprises en Amérique du Nord et en Europe, Microsoft dispose d’une base de clients encore plus importante. En connectant ses outils Outlook (e-mail) ou Word (traitement de texte), avec les CV sur LinkedIn, l’éditeur de logiciels peut rendre encore plus facile l’utilisation de certaines briques du réseau social. Mécaniquement, cela inciterait les salariés à créer leurs profils sur LinkedIn. « Microsoft pourrait aussi intégrer LinkedIn dans Yammer, sa plate-forme de réseau social interne aux entreprises », imagine Jacques Froissant. A plus long terme, le recruteur veut croire que l’intelligence artificielle développée par Microsoft sera implémentée dans LinkedIn afin de rendre encore plus efficace la suggestion de profils pertinents pour le réseau de chaque utilisateur.

Le point de vue du marketeurs

Cibler les bons décideurs. C’est aussi le défi qui se pose aux « social sellers » , les commerciaux et marketeurs qui comptent sur LinkedIn pour repérer le poste de chacun dans une organisation et contacter la bonne personne à qui présenter une offre commerciale. « Démocratiser LinkedIn sera une bonne chose uniquement si Microsoft structure les données pour des recherches plus fines », note Hervé Gonay, le président d’Ensemble B2B, un think tank dédié au marketing de professionnels à professionnels. Il espère que Microsoft associera les données LinkedIn à son logiciel de relation-clients, Dynamics. Ainsi, il sera possible de vendre avec, à portée de clics, un aperçu sur les relations de son prospect et sur son parcours professionnel. De quoi trouver les bons arguments.
En savoir plus sur http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/social-media/0211040934143-les-espoirs-des-utilisateurs-d-un-linkedin-croque-par-microsoft-211508.php?Bpm6v7zQCzPlbEAR.99

Comments are closed.