Entre données et empathie : la transformation du rôle de recruteur

Ce n’est pas parce que les données vont avoir un rôle de plus en plus important dans le recrutement, que ce moment stratégique va devenir une pure affaire de techniciens. Au contraire, plus que jamais la capacité d’empathie, l’humanité du recruteur pourront faire la différence. Telle est l’analyse de Charles Chantala, marketing manager d’Indeed.

Il y a dix ans, ce qui différenciait un recruteur médiocre d’un recruteur de talent tenait essentiellement à sa ténacité et à l’importance de son réseau. Ces attributs sont encore d’actualité mais le recrutement exige également désormais de solides compétences analytiques et une bonne compréhension d’un ensemble de plates-formes technologiques.

Il y a bien sûr tout un pan du métier que la technologie ne peut remplacer et qui dépend exclusivement du rapport à l’humain. C’est donc la combinaison mêlant connaissances informatiques à une certaine aptitude à l’empathie qui déterminera quels recruteurs seront toujours pertinents et performants dans les années à venir.

PAS DES GOUROUS DE LA DONNÉE

Il est essentiel pour un recruteur aujourd’hui de comprendre l’importance que prennent les données dans le processus de recrutement. Cela ne veut cependant pas dire que les recruteurs doivent se transformer en grands gourous de la donnée, loin de là ! Cela passe avant tout par une bonne gestion des données qui dépendent d’eux. Ils doivent d’une part mettre un point d’honneur à tenir à jour leur système ou fichier de suivi des candidats mais aussi s’assurer qu’ils disposent de données correctes sur l’entreprise.

Il y a peu de temps encore, les recruteurs pouvaient s’en sortir, et même exceller dans leur art, sans avoir recours à une solution technologique. Aujourd’hui, 91% des recruteurs font appel à une solution informatique, qu’il s’agisse d’une plateforme, d’un site ou d’un logiciel de recrutement*. Une approche traditionnelle, considérée comme old school, aura désormais du mal à faire ses preuves. La technologie est en effet devenue une composante incontournable du métier et ceux qui n’arrivent pas à prendre le train en marche courent le risque de se voir laisser sur le carreau.

DES DONNÉES POUR SE COMPARER

L’étape suivante consistera à réussir à évaluer, grâce à ces données, leur propre performance et celles des campagnes de recrutement mises en place. Pouvoir à tout moment faire un bilan sur la manière dont les interactions avec les candidats se passent ou encore sur les sources qui se sont avérées être les plus efficaces et les mieux adaptées permet de mieux gérer son temps, de mieux préparer les prochaines campagnes et au final, de mieux recruter.

Les données liées à la propre performance permettent également aux recruteurs d’identifier, et de comprendre quelle(s) ont été les étape(s) du processus qui ont pu être problématiques et d’analyser les raisons de ces obstacles. Les données permettent enfin d’améliorer la manière dont les recruteurs travaillent au quotidien, de se comparer à leurs pairs et ainsi potentiellement de faire avancer leur carrière.

PLUS DE TECH, C’EST AUSSI PLUS D’HUMAIN

La décision de changer d’emploi est l’une des décisions les plus stressantes auxquelles nous ayons à faire face au cours de notre vie. C’est pourquoi les candidats ont besoin du contact humain pour jauger la pertinence de leur choix. Avez-vous déjà pris une décision qui impacterait significativement votre vie sans jamais parler à un être humain au cours du processus ? Cela vous semblerait sans l’ombre d’un doute illogique et engendrerait plus de stress que nécessaire.

Prenons l’exemple d’un candidat qui devrait déménager pour accepter le poste proposé. Au cours de l’entretien il mentionne au recruteur que ses enfants jouent au volley-ball. Il s’agit d’un détail personnel que peu, voire aucun outil informatique, ne pourra donner. Le recruteur tient là une occasion en or de démontrer qu’il est à l’écoute en revenant vers le candidat pour le rassurer sur la possibilité pour ses enfants de poursuivre ce type d’activité dans la ville où lui et sa famille devront s’installer, rendant ainsi la transition pour le candidat et son entourage proche beaucoup plus facile.

L’aspect humain continuera à être le garant d’une relation efficace entre recruteurs et candidats. Une utilisation efficace des technologies et des données consiste uniquement à prendre des décisions éclairées en ayant une connaissance parfaite de tous les paramètres et à gagner du temps sur les tâches les plus systématiques. C’est par ce biais et uniquement ce biais que le recruteur pourra alors se focaliser sur ce qui a de la valeur et ce qui fait qu’il est indispensable : la sélection finale, le relationnel et l’humain.

Comments are closed.