En 2015, l’expert-comptable est numérique !

Le thème du congrès de l’Ordre des experts-comptables 2015 qui se déroulera à Paris du 30 septembre au 2 octobre est l’expert-comptable numérique. Jean Saphores, vice-président du CSOEC, revient sur les enjeux de ce 70e congrès.

 

Formation informatique

Comment se définit « l’expert-comptable numérique » et quels ont été les motifs du choix de ce thème ?

« L’expert-comptable numérique » marque un changement de génération. Le thème était déjà en lice en 2014 mais il a été retenu pour le congrès 2015 qui est une année charnière pour plusieurs raisons :

  • en 2015, les téléprocédures se généralisent avec l’ensemble des télédéclarations fiscales et, dès 2016, des téléprocédures sociales ;
  • il s’agit du 70e anniversaire de la profession ;
  • l’actualité législative est riche avec la publication de nouveaux textes sur la dématérialisation (FEC, facture électronique, identité numérique) ;
  • le lieu du congrès, Paris.

L’expert-comptable doit adopter la révolution numérique pour son cabinet mais aussi pour ses clients. Il doit en effet anticiper l’évolution de la très petite entreprise (TPE) et l’accompagner dans le changement. Au cœur de ces entreprises, il doit bien souvent prendre les choses en mains.

Accompagner le changement afin d’éviter la fracture numérique est une priorité pour la profession, tout en respectant les seuils et le degré de tolérance de chacun.

Pouvez-vous nous expliciter les trois axes autour desquels le congrès va s’articuler ?

Ce congrès se construit autour des 3 axes suivants.

  • La première  composante « Adapter les missions traditionnelles, soyons contemporains »  couvre l’évolution du cœur de métier : la tenue, la révision des comptes, le déclaratif, l’archivage… illustrée par des ateliers thématiques tels que « De la boîte à chaussures à la comptabilité dématérialisée, c’est possible ! ». Numérisation, intermédiation, automatisation, il s’agit là de l’évolution des tâches de saisie qui s’automatisent et se transforment, pour l’expert-comptable, en travaux de récupération, de traitement et d’intégration des documents et des données.
  • La 2e composante « Améliorer l’organisation du cabinet, soyons entrepreneurs »  se focalise sur la fonction de chef d’entreprise de l’expert-comptable au sein de son cabinet au sens large :
    • – mettre en place une cyber-sécurité ;
    • – manager les nouvelles générations de collaborateurs ;
    • – communiquer et former (le e-learning) ;
    • – organiser sa base de données (la GED) ;
    • – créer le site web du cabinet.
  • La 3e et dernière composante « Développer de nouveaux métiers, soyons innovants » met en avant les nouvelles missions que le numérique permet de développer au sein du cabinet ou chez les clients : le e-commerce, le full service, l’interprofessionnalité, des travaux collaboratifs, des partenariats avec de nouvelles sphères, le big data, l’accompagnement des clients dans la transformation numérique… avec de nouveaux outils et applications qui seront dévoilés lors du Congrès.Si le full service est toujours en attente de certains textes pour être pleinement exercé, notamment la norme sur les activités commerciales accessoires ainsi que le règlement organisant le FONREC (fonds de règlement des experts-comptables), des solutions peuvent d’ores et déjà être proposées aux clients pour commencer à mettre en œuvre des services de gestion du poste clients.

Quels sont les apports de ce congrès 2015 ?

Au-delà de la technologie, le congrès a surtout vocation à suggérer de nouvelles façons de travailler, des pratiques innovantes et une aide à leur mise en œuvre dans le cabinet. Il s’agit d’accompagner les experts-comptables dans leur révolution numérique ainsi que dans celle de leurs clients.

Ce congrès se veut applicatif et pragmatique, avec une forte dimension humaine. Avec plus de 5 000 inscrits cette année (probablement 6 000 d’ici le 30 septembre), cela prouve bien l’intérêt de la profession pour la transformation digitale.

Justement, quels sont les points clés de la transformation digitale pour l’expert-comptable ?

L’expert-comptable a commencé sa transformation digitale avec les téléprocédures, puis aujourd’hui il s’agit des échanges bancaires, des échanges, de la numérisation de documents jusqu’à la complète dématérialisation. Il doit dorénavant mettre en place une intermédiation numérique pour la récupération de données ainsi que pour la conservation des documents électroniques de ses clients. La loi Macron accélère d’ailleurs encore le processus avecl’obligation d’accepter à la réception les factures électroniques, à compter de 2017 dans les grandes entreprises, soit d’ici 2019/2020 chez nos clients (PME et TPE).

L’ensemble du cabinet devenant numérique, la transformation digitale se poursuit désormais avec unaccompagnement du changement aussi auprès des clients.

Un conseil de parcours en fil rouge pour ce congrès ?

Cette année, un espace sera dédié aux pratiques innovantes : 16 nouvelles façons de travailler pour les cabinets seront ainsi présentées (applications smartphone, outils collaboratifs, documents « intelligents », signature électronique, échanges documentaires cabinet/clients…) et donneront aux congressistes une idée de leur futur. Avec une vision de ce que sera le métier, les participants auront une vue d’ensemble de leur cabinet de demain et pourront trouver sur le congrès des solutions concrètes et adaptées à leurs besoins.

Au-delà des conférences et des ateliers, la richesse du congrès permettra aussi d’avoir un aperçu approfondi de la « Dématérialisation en toute sécurité pour l’expert-comptable numérique ».

Les Editions Francis Lefevre seront présentes au 70e congrès qui se tiendra à Paris du 30 septembre au 2 octobre 2015. Nos équipes seront heureuses de vous accueillir sur le stand T04 pour vous présenter nos nouveautés.

Source : Interview de Jean Saphores, Vice-président du CSOEC

Comments are closed.