Des jobs en or

Des jobs en or, on en trouve. Dans le numérique comme ailleurs, si on en croît, le cabinet Robert Half qui a identifié deux profils qui ouvrent sur des carrières de quasi-stars.

Le cabinet de recrutement spécialisé Robert Half a identifié ce qu’il appelle des jobs en or. Soit les métiers qui sont recherchés, bien payés et offrent des débouchés intéressants. Sur les sept métiers retenus (classé par grandes fonctions de l’entreprise) figurent deux stars du numérique le responsable de la sécurité des systèmes d’informaton et le désormais mythique data scientist.

 

LE GARDIEN DU TRÉSOR

Pour le premier, le cabinet note qu’il monte dans la hiérarchie des organisations. « Autrefois lieutenant du directeur des infrastructures, le responsable sécurité des SI gagne en légitimité et monte en grade afin de se rapprocher du DSI, voire d’approcher la direction générale pour exercer son expertise au-delà du périmètre purement SI« , justifie Fabrice Coudray de Robert Half.

 

C’est que la question de la sécurité concerne aujourd’hui toutes les fonctions de l’entreprise. Comme le veut le cliché qui a une part de pertinence, la donnée est devenue l’or noir de la transformation en cours, si bien qu’il devient stratégique de protéger cette matière première. Résultat : les salaires proposés pour de tels postes vont de 70 à 100 000 euros par an pour un responsable ayant entre 6 et 10 ans d’expérience. Pour ceux qui ont plus de 10 ans de métier, le salaire peut aller de 100 à 150 000 euros annuels. Le salaire variable peut atteindre 30% de ce salaire fixe.

 

UN HYBRIDE DIFFICILE À DÉNICHER

C’est pour les mêmes raisons que data scientist a été identifié comme un métier en or. Opérateur clé pour faire de la donnée brute une source de valeur de l’entreprise, il est un artisan majeur de l’entreprise de demain. Ce qui en fait un talent recherché et ce d’autant qu’il est rare. « Il est aujourd’hui assez rare de dénicher des profils capables à la fois d’analyser du déclaratif et du comportemental et également de mettre en perspective ces résultats pour les prises de décision marketing et/ou business« , explique Christophe de Bueil, manager de Robert Half Digital qui conclut pourtant : « le data scientist est dans l’idéal à la croisée de ces deux chemins. »

 

Un data scientist gange entre 35 et 45 000 euros fixe brut s’il a entre 0 et 3 ans d’expérience. Au delà et jusqu’à 5 ans, il obtiendra entre 45 et 65 000 euros de salaire fixe auquel il pourra ajouter un salaire variable qui selon Robert Half peut atteindre jusqu’à 10% de la rémunération fixe. Pour sa carrière et améliorer ses revenus, il peut changer d’employeurs, estime le cabinet, passer de la start-up à un grand groupe. Ou encore devenir Chief data scientist : il encadre alors une équipe. Pour cela mieux vaut avoir la fibre et les compétences managériales.

 

Comments are closed.