Le «chief digital officer» ou CDO, le nouveau poste clé des entreprises

Véritable relais de croissance, la transformation numérique des entreprises est devenue un enjeu fondamental pour les directions.cogitem formation informatique

C’est le nouveau poste très convoité des entreprises: «chief digital officer» (CDO)! Comprenez responsable de la transformation numérique de l’entreprise. La plupart des grands groupes du CAC 40 ont déjà nommé leur homme – ou femme – providentiel, et l’ont placé en haut de l’organigramme. C’est le cas depuis longtemps de Renault, avec Patrick Hoffstetter, ou LVMH avec Thomas Romieu, ou, plus récemment, avec l’arrivée de Vivek Badrinath chez Accor et deLubomira Rochet chez L’Oréal. Mais, au-delà du CAC40, le sujet concerne toutes les entreprises, ETI et PME comprises.

«Le CDO a trois missions principales. Primo, repérer les nouveaux business models qui émergent et peuvent mettre en risque l’entreprise. Secundo, convaincre le top management et évangéliser les équipes. Tertio, participer à la mise en place de la transformation»

«La transformation numérique des entreprises françaises, en particulier nos PME, est l’un des principaux relais de croissance de notre économie», souligne Pierre Gattaz, le président du Medef, qui en a fait, avec la mondialisation, la priorité de sa fin de mandat. Fonction nouvelle, le CDO est le chef d’orchestre de cette transformation. Il est là pour identifier les nouveaux modèles économiques et industriels «disruptifs» qui menacent l’entreprise et doit tout faire pour l’y adapter. «Le CDO a trois missions principales. Primo, repérer les nouveaux business models qui émergent et peuvent mettre en risque l’entreprise. Secundo, convaincre le top management et évangéliser les équipes. Tertio, participer à la mise en place de la transformation», explique Olivier Midière, conseiller au Medef en charge du numérique. Tous les secteurs sont concernés. Le tourisme est ainsi confronté à Airbnb, la plasturgie aux imprimantes 3D, le transport de petits colis aux «Uber du frêt» ou la distribution à Amazon Fresh, le service de livraison de produits frais du géant américain.

Parce que le CDO doit avoir une vision stratégique, il doit faire partie du comité de direction et travailler étroitement avec le dirigeant. Avec ou sans équipe propre. Les modèles varient. «Certains disposent de leur propre équipe, comme Anne Browaeys, CDO du Club Med, qui s’appuie sur 300 personnes, ou au contraire agir avec une petite équipe, piloter en mode transverse, en relation avec le dirigeant comme Valérie Mazzoni-Colin, CDO du logisticien Heppner, observe Marie Canzano, présidente du cabinet de recrutement DigitalJobs. Le poste de CDO est en tout cas un vrai levier de carrière. Aux États-Unis, ils deviennent souvent directeur général.»

Diagnostic personnalisé

Petit à petit, la fonction de CDO s’affirme dans les comités exécutifs des 150 à 200 premiers groupes français, à l’instar de De Richebourg, O2, Servier, etc. «Dans les ETI, la dynamique est engagée, on le voit dans les perspectives d’investissement», juge Alexandre Montay, délégué général du Meti. C’est le cas de Manutan, qui a nommé son CDO l’an dernier, ou de Poujoulat, qui recherche actuellement le sien.

En revanche pour les PME – dont 37% ne disposent toujours pas de site Internet! -, rares sont celles qui ont nommé une personne dédiée. «Ce n’est pas parce qu’on est petit qu’on ne doit rien faire!», martèle cependant Philippe Mutricy, directeur de l’évaluation, des études et de la prospective de Bpifrance, qui a publié une étude sur le «numérique déroutant» et va bientôt proposer aux patrons de PME un «diagnostic numérique» personnalisé.

De son côté, le Medef va lancer un programme d’accompagnement, baptisé «Métamorphose», afin de sensibiliser les patrons de PME en les emmenant à l’étranger découvrir différents écosystèmes innovants. L’organisation réfléchit aussi à monter un fonds, avec la CDC et plusieurs banques, pour les aider à financer leur transition numérique. Sur le modèle de Mach49, l’incubateur fondé par Linda Yates aux États-Unis, qui aide les entreprises du Global1000 à se renouveler. Avec la conviction que les «dinosaures peuvent battre les licornes». Tout un programme!

http://premium.lefigaro.fr/societes/2016/06/17/20005-20160617ARTFIG00292-le-chief-digital-officer-ou-cdo-le-nouveau-poste-cle-des-entreprises.php

 

Comments are closed.