Atos en passe de détrôner IBM

…dans les services numériques en France

Pénalisé par le cloud computing, IBM amplifie sa chute dans les services numériques en France, tandis qu’Atos renoue avec la croissance. Si cette tendance se poursuit, le français devrait détrôner le groupe américain à la deuxième place du marché en 2016, derrière Capgemini, selon PAC.

A la peine dans les services numériques en France, IBM ne parvient pas à stopper l’hémorragie. Pire : sa situation se détériore. Alors que le marché a progressé de 1,7% à 28,5 milliards d’euros en 2015 selon Pierre Audoin Consultants (PAC), Big Blue plonge de 8,3%, le résultat le plus mauvais du Top 10. Il amplifie ainsi la baisse de 2,8% encaissée en 2014 sur un marché qui a gagné 0,1% de valeur. Il sauve sa place sur la deuxième marche du podium derrièreCapgemini mais de justesse. Il est désormais talonné par Atos qui, après plusieurs années de déclin, renoue avec la croissance avec un gain de 0,2%.

 

DOUBLE IMPACT DU CLOUD

« Si cette double tendance se poursuit, Atos a toutes les chances de détrôner IBM en 2016 et de prendre la deuxième place, derrière Capgemini« , pronostique Franck Nassah, vice-président de PAC France.

 

 

Selon le consultant de PAC, IBM et Hewlett Packard Entreprise sont les deux acteurs du Top 10 les plus pénalisés par le développement du cloud computing. « Ils sont doublement impactés par cette évolution, explique-t-il. Ils vendent moins de matériels et donc moins de services autours de leurs solutions d’infrastructure. Et ils vendent moins de services d’infogérance au profit de service de cloud d’infrastructure. Ils ont une activité captive importante de services autour de leurs propres matériels. C’est pourquoi ils souffrent plus que les autres acteurs qui ne vendent pas de matériels. »

 

HEWLETT PACKARD ENTREPRISE SORT DU MARCHÉ

Mais le déclin d’IBM dans les services n’est pas nécessairement synonyme de problème financier en perspective. « Perdre du chiffre d’affaires est une chose, analyse Franck Nassah. Perdre de la marge en est une autre. Tout dépendra de la manière dont IBM pourra positionner ses services de cloud computing sur le marché. Il y aura aussi un point d‘inflexion à partir duquel le supplément de revenu tiré du cloud dépassera la perte de revenu dans les services. Mais il est difficile de savoir quand cela arrivera. »

 

Avec la scission de ses services en vue de leur fusion avec Computer Science Corp (CSC), Hewlett Packard Entreprise, qui occupe la 7e place en 2015, va sortir du marché. Douzième en 2015, devancé par Altran derrière le Top 10, CSC devrait grimper à la cinquième place en 2016, prévoit PAC.

Comments are closed.